Prêts et Financements - Meilleur Taux 2017

Banque et financement, meilleur taux, crédit et prêt

MEILLEUR TAUX

Banque et financement, meilleur taux, crédit et prêt

PROFITEZ DES AVANTAGES D’UN COURTIER BANCAIRE ?

Spécialiste de la Négociation en Prêt Immobilier, nos Services de Courtage Bancaire vous proposent les Meilleurs Taux pour votre crédit immobilier. Taux négociés. Taux prescripteurs. Taux obtenus grâce aux volumes traités. Délégations D’assurances. Réactif, nous pouvons vous trouver le crédit qui vous convient le mieux et vous faire gagner un temps précieux en ayant accès à l’ensemble des Offres Bancaires du moment.

Indépendant, nous pouvons réellement vous conseiller dans votre démarche de Financement Immobilier en vous présentant les Meilleures Solutions pour votre Emprunt Immobilier et également vous représenter auprès des Banquiers, des Compagnies d’Assururances, des Notaires. La vocation, le but et surtout la Valeur ajoutée de notre Service Courtage sont de vous obtenir le Meilleur Taux Global pour votre prêt.

Taux fixe ? Taux Variable ? Capé ? Non capé ? Avec ou sans Délégation d’Assurances ? Avec ou sans prêt relais ? Prêt amortissable ou Prêt Infine ? Hypothèque ou Inscription de prêteur de deniers ? Assurances décès invalidité avec ou sans incapacité de travail ? Crédit à taux zéro ? Avec PEL ou sans CEL ? Avec ou sans pénalités de remboursements ? Nos Conseillers vous aide à trouver le Prêt Immobilier qui correspond le mieux à vos besoins, à vos attentes et à vos projets.

Réduction impôt, défiscalisation

PROFITEZ DES ATOUTS D'UN PRET AVEC DELEGATION D'ASSURANCE

Spécialiste de la Négociation en crédit immobilier, nous pouvons en plus du taux d’emprunt et des conditions de votre prêt bancaire négocier votre Assurance Emprunteur.

LES PIECES NECESSAIRES A L'ETUDE D'UN PRET

Pour l’étude de votre faisabilité, nos partenaires Bancaires nous demandent fréquemment les pièces et justificatifs suivants :

Pièces nécessaires à l'étude de faisabilité

  • Justificatif d'identité (Pièces d'identité, Passeport, Livret de famille, Justificatif de domicile…)
  • Justificatif de revenus (3 derniers bulletins de salaire, 2 derniers avis d'imposition, Contrat de travail, déclaration 2035 pour les professions libérales et les bilans pour les chefs d’entreprises. 2044 Revenus fonciers)
  • Justificatif de charges de crédit (Echéancier des prêts en cours et Tableaux d’amortissements, 3 derniers relevés de compte bancaire)
  • Justificatif du projet (Compromis de vente ou actes)
  • Justificatif du capital (Assise Financière, Pea, Pel, Livrets, Comptes titres, Contrats d’assurances vies, Déclaration ISF, Titres de propriété)

Crédit immobilier, prêt locatif, courtier bancaire

COMBIEN PUIS-JE EMPRUNTER ?

Votre taux d’endettement ne doit pas dépasser 33 % de vos revenus. Autrement dis, vos mensualités ou futurs remboursements mensuels de prêts ne doivent pas dépasser 1/3 de vos recettes mensuelles.

  • RECETTES (Salaires, Revenus fonciers, Dividendes, Rentes, etc)
  • DEPENSES (Remboursements d’emprunts ou loyers, Crédit voiture, Prêt à la consommation, etc…)
    En revanche, vous ne devez pas intégrer dans vos dépenses votre Impôt sur le revenu, ni vos taxes.
Note : les établissements bancaires considèrent que vos impôts sont fonction de vos recettes et qu’avec les 2/3 restant vous pouvez faire face à ces différentes ponctions fiscales

Banque et financement, meilleur taux, crédit et prêt

LA LOI SCRIVENER

La Loi Scrivener et les Protections de l’emprunteur ?

La loi Scrivener est un terme très souvent utilisé par les Banquiers pour rappeler le nombre de jours de réflexion pour signer l'offre de prêt. En l’occurence 11 jours. Les lois Scrivener sont deux lois instaurées en 1978 et 1979 sous l'impulsion de la Secrétaire d’État à la Consommation Christiane Scrivener. L’habitude a été prise depuis de dire Loi Scrivener pour regrouper les deux textes.

La Loi Scrivener a pour but d'informer et de protéger l'emprunteur dans le domaine immobilier en établissant des règles que les établissements financiers doivent respecter. Son objectif principal est de lutter contre le surendettement des personnes physiques. La loi scrivener renforce également la protection des co-emprunteurs et des personnes s'étant portées cautions. La loi s'applique pour les crédits à la consommation et de travaux immobiliers contractés par les particuliers, pour les montants inférieurs à 21 343€, et pour une durée supérieure à 3 mois.

La loi impose aux établissements prêteurs un minimum d'information et de protection à l'égard de l'emprunteur :

  • Une offre préalable de crédit remise à l'emprunteur est obligatoire.
  • Mentions obligatoires sur les offres : identité, condition du crédit (montant, Taux Effectif Global (TEG), durée…), montant à rembourser (avec et sans assurance), montant des frais.
  • La Banque a l'obligation de maintenir les conditions de l’offre durant au moins 30 jours.
  • Edition d'un tableau d'amortissement détaillé : Pour chaque échéance il doit indiquer le montant du capital et des intérêts remboursés
  • Le montant des frais de dossier, d'instruction ou de part sociale. (Les parts sociales étant généralement dû dans le cas d'établissements mutualistes)
  • Le rappel des durées de validité de l'offre de prêt émise.
  • Le délai de réflexion accordé, soit 10 jours entiers minimum, jour de réception de l'offre non compris ; ainsi, le consommateur peut recevoir plusieurs " offres de crédit " contenant des informations libellées selon des critères définis et les comparer entre elles.

La loi Scrivener sera enrichie en 1989 par la loi Neiertz qui instaure les Commissions de surendettement. Celles-ci, gérées par la Banque de France, ont pour but de désamorcer les situations de surendettement rencontrées par les particuliers.

Cette commission de surendettement est la « bête noire » des banquiers, car elle peut dans certains cas effacer la dette de l’emprunteur. En effet, si le débiteur demeure insolvable, la commission peut recommander par proposition spéciale et motivée, l'effacement total ou partiel des créances. Du coup, les établissements bancaires redoutent à dépasser les 33 % de capacité d’emprunt d’un ménage, car dans ce cas, ils pourraient être désignés comme responsable du surendettement.